Nationale

Vers une majorité écrasante pour La République en Marche — Législatives

Vers une majorité écrasante pour La République en Marche — Législatives”

Pour la quatrième fois en deux mois, plus de 47 millions d'électeurs sont appelés à voter pour ce scrutin qui devrait être marqué par une nouvelle poussée de l'abstention. La République En Marche qui déjà crédité d'une majorité parlementaire (249 à 286 sièges selon une enquête Opinionway) avant l'élection de Macron au second tour de la présidentielle, a vu ses pronostics de victoire augmenter considérablement au lendemain du 11 juin.

Fuseau horaire oblige, ce sont, comme d'habitude, les quelque 5000 inscrits de Saint-Pierre et Miquelon, qui ont ouvert le bal à 08h00 locales (12h00 suisses).

30% des personnes interrogées affirment souhaiter que la République en Marche dispose à elle seule de la majorité absolue à l'Assemblée nationale, 18% qu'elle dispose d'une majorité relative et s'allie avec le centre-gauche, 18% qu'elle dispose d'une majorité relative et s'allie avec le centre-droit, 34% qu'elle ne dispose pas d'une majorité, selon cette enquête réalisée pour LCP-Assemblée nationale.

Ont suivi ensuite la Guyane et les Antilles avant, dans la soirée, la Polynésie française. C'est la seule des six ministres candidats qui, au vu des résultats du premier tour, n'est pas assurée de gagner et pourrait donc perdre sa place au gouvernement en cas de défaite.

Le renouvellement de l'Assemblée sera d'une ampleur inédite, sous l'effet de la vague Macron qui ouvre les portes à une nouvelle génération d'élus, dont une partie novices en politique, de la loi interdisant le cumul des mandats et des progrès de la parité hommes-femmes.

Reste à en connaître l'ampleur réelle. Selon Emmanuel Rivière de Kantar Sofres: "Il peut y avoir un correctif entre les deux tours, que les électeurs se disent qu'une fois que la majorité semble acquise pour Emmanuel Macron, ce n'est pas la peine d'en faire trop".

Seuls 222 députés sortants sont qualifiés pour le second tour.

La République en Marche est la plus représentée avec 454 candidats, devant Les Républicains (264), le FN (120), La France insoumise (67), le Parti socialiste (65) et le MoDem (62). Dimanche, les candidats de LREM battraient en duel les candidats du FN, de LR-UDI, du PS ou encore de la France Insoumise, selon des intentions de vote.

Selon un sondage Elabe diffusé jeudi, six Français sur dix (61%) souhaitent que le second tour "rectifie le premier avec une majorité moins importante qu'attendue".

Au premier tour, la formation créée il y a un an à peine avait rassemblé 32,3% des suffrages exprimés, loin devant la droite à 21,5%, la gauche radicale (13,7%), l'extrême droite à 13,2% et le Parti socialiste (9,5%).

Les deux familles politiques, droite et gauche, qui structurent la vie politique française depuis des décennies, s'attendent néanmoins à un sérieux revers. - Parti Socialiste : Le PS, qui avait envoyé près de 300 députés au Palais Bourbon en 2012, pourrait n'en garder qu'une vingtaine.

La France insoumise et le PCF obtiendraient 14 à 25 sièges, le Front national entre 1 et 6.

La position centrale de la formation d'Emmanuel Macron lui permet d'espérer des reports de voix de candidats de droite comme de gauche éliminés au premier tour. Avec 13,74% des voix au premier tour, LFI et le PCF ne peuvent espérer obtenir qu'un nombre de députés suffisant (15) pour constituer un groupe à l'Assemblée.

Une dizaine de circonscriptions seront très observées, notamment le sort de Jean-Luc Mélenchon à Marseille, Manuel Valls dans l'Essonne, Najat Vallaud-Belkacem à Villeurbanne ou encore à Paris Nathalie Kosciusko-Morizet, hospitalisée jeudi après avoir été agressée par un passant. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.



Voir aussi

Dernier




Recommandé