Science

Thomas Pesquet de retour sur la Terre ferme

Thomas Pesquet de retour sur la Terre ferme”

Après plus de 200 jours dans l'espace, le spationaute français Thomas Pesquet et le cosmonaute russe Oleg Novitski sont revenus sur Terre vendredi à bord d'un vaisseau Soyouz.

Ce matin, après avoir dit au revoir aux astronautes qui restent dans la Station spatiale internationale, à 400 km de la Terre, les deux hommes se sont installés dans le Soyouz MS-03 qui les avait amenés dans l'espace dans la nuit du 17 au 18 novembre. "Nous allons maintenant sortir les cosmonautes de l'appareil".

Le module de descente, qui abrite les deux astronautes, va lui aussi affronter des températures allant jusqu'à 1600°C en raison du frottement de l'atmosphère sur le bouclier thermique. Mais "le retour sera peut-être plus dur", prévient-elle. A moins d'un mètre du sol, des rétrofusées se sont allumés, pour ralentir davantage la vitesse du module. "Ensuite la capsule a un peu roulé jusqu'à ce qu'elle se stabilise", a expliqué l'astronaute.

L'heure est venue pour les astronautes français Thomas Pesquet et russe Oleg Novitski de mettre leur scaphandre.

Après six mois passés à bord de la station spatiale internationale, Thomas Pesquet s'apprête à faire son grand retour sur Terre.

Et, poursuivant ses exploits, il a tenu à marcher jusqu'au bus, en titubant car après tant de jours en apesanteur (en l'occurrence 186, le record avant d'être détrôné par Thomas Pesquet), le corps n'a plus de notion d'équilibre.

"Ils vont bien sûr nous manquer, ce sont des astronautes exceptionnels", a déclaré Peggy Whitson, les larmes aux yeux, avant de passer le commandement de l'ISS à Fiodor Iourtchikhine. Mais son retour sur Terre n'en signe pas la fin. Il a cette fois effectué une cinquantaine d'expériences scientifiques pour l'agence spatiale russe Roskosmos.

Un "feu d'artifice" lors de la rentrée dans l'atmosphère et comme "un petit accident de voiture" avec tonneaux, au moment où le Soyouz a touché terre vendredi: l'astronaute Thomas Pesquet raconte dans une vidéo son atterrissage, pas vraiment "doux". Avant de s'entretenir directement avec Thomas Pesquet, seulement quelques minutes après son arrivée dans les steppes kazakhs.

L'équipe médicale de l'ESA surveillera la réadaptation à la gravité du Français, qui sera également soumis à une batterie de tests et d'examens médicaux à visée scientifique.

Avant-poste et laboratoire orbital mis en orbite en 1998, l'ISS a coûté à ce jour quelque 100 milliards de dollars.



Voir aussi

Dernier




Recommandé