Nationale

Pourquoi la prescription ne fonctionne pas — Affaire Grégory

Pourquoi la prescription ne fonctionne pas — Affaire Grégory”

Marcel Jacob et sa femme Jacqueline sont en garde à vue depuis mercredi 14 juin.

Marcel Jacob est le grand-oncle de Grégory, c'est à dire le plus jeune frère de Monique Jacob (épouse Villemin), la grand-mère paternelle de Grégory. Deux ans plus tard, le couple Villemin perçoit 35 000 euros d'indemnités de l'Etat pour faute lourde. Je pense qu'il y a un piège et qu'ils vont nous sortir de nouveaux éléments lundi.

Acte 4 - La mère du petit Grégory, Christine Villemin, est inculpée à son tour pour la mort de son propre fils, le 5 juillet 1985. Des courriers allant jusqu'à la menace de mort, dont l'un était manuscrit.

De nouvelles expertises sur une lettre de menaces, manuscrite et anonyme, adressée au père de Grégory en 1983, avant la mort de l'enfant, orientent les soupçons sur Jacqueline Jacob. Le lendemain, une lettre envoyée à Jean-Marie Villemin revendique le meurtre. La veille, Jacqueline Jacob avait été impliquée de manière certaine dans l'une de ces trois lettres. Jacqueline, elle, est soupçonnée d'être l'un des mystérieux corbeaux.

Le parquet requiert l'inculpation du grand-oncle de Grégory Villemin pour séquestration. Celle d'une femme mais aussi celle d'un homme, grave, essouflée. Christine et Jean-Marie Villemin subissent depuis des années le harcèlement d'un corbeau, jaloux de leur réussite professionnelle. Est-ce uniquement sur le foi des nouvelles analyses graphologiques, ou y-a-t-il d'autres preuves.

"Il apparaît que la localisation des auteurs de ces nombreux appels téléphoniques anonymes, antérieurs au crime, n'a jamais été contredite par un quelconque alibi de leur part ou par une quelconque impossibilité matérielle de les passer et cela de façon récurrente dans l'ensemble de la procédure. Et c'est un point important eu égard au nombre d'appels". Les accusés nient être impliqués, a déclaré Jean-Jacques Bosc, le procureur général de Dijon, lors d'une conférence de presse. Je ne peux pas vous dire qui a tué Grégory Villemin, a donc indiqué Jean-Jacques Bosc. Un fils "chéri" avait accédé au poste de contremaître, acquis son petit pavillon.

En décembre 1982, lors d'une dispute entre Marcel, Jacqueline et les autres membres de la famille, Marcel lance à Jean-Marie: "Je ne serre pas la main d'un chef".

Mais les parents de Gregory sont persuadés que Bernard Laroche est le coupable.

Interrogé sur la participation éventuelle de Bernard Laroche, tué par Jean-Marie Villemin en 1985 alors qu'il était inculpé pour le meurtre de Grégory, le procureur n'a pas écarté cette possibilité, s'appuyant sur " les déclarations de Murielle Bolle ", belle-soeur de Bernard Laroche et adolescente à l'époque du drame.

Cela explique que nonobstant l'ancienneté des faits, la poursuite de l'instruction judiciaire et l'éventuelle condamnation des personnes qui pourraient être mises en examen dans le cadre de ce dossier trentenaire soit encore possible.

La maison de la grand-mère de Grégory, dans la vallée de la Vologne.

Cette affaire, qui est l'une des plus énigmatiques de l'histoire criminelle en même temps qu'un fait-divers très suivi par les médias et l'opinion, se concentre depuis le départ sur cette famille nombreuse, marquée par les rivalités et les jalousies.

Il poursuit: "Le nom de mon client aura été lancé en pâture à la France entière". Il a été interpellé mercredi matin alors que mardi soir il fêtait ses 72 ans. "On a mis la charrue avant les boeufs", s'est emporté Me Stéphane Giuranna.



Voir aussi

Dernier




Recommandé