Financer

Les principales personnalités politiques élues au second tour — Législatives

Les principales personnalités politiques élues au second tour — Législatives”

Les électeurs ont certes donné une " majorité franche", selon le mot du Premier ministre Édouard Philippe, au Président élu le 7 mai, avec plus de 361 députés LREM et MoDem (estimations Ipsos, à 21 heures45). Au FN, elles ont d'ores et déjà éclaté.

Selon les chiffres du ministère français de l'intérieur, la République en marche (REM/300 élus) et son allié du MoDem (41) s'adjugent 341 sièges sur 566, hors les onze sièges des Français de l'étranger.

Emmanuel Macron a obtenu dimanche une des plus larges majorités parlementaires de la Ve République à l'occasion du second tour des élections législatives, mais moins écrasante qu'annoncée par certains sondages, et avec une abstention qui atteint de nouveaux sommets. À l'époque, l'UMP avait raflé 365 sièges.

Ce second tour des législatives en France aura aussi été marqué par un absentéisme sans précédent.

Oui, pour des raisons diverses. "Nous obtenons une majorité nette, mais en même temps les Français n'ont pas voulu signer de chèques en blanc", a commenté le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner. Sa présidente Marine Le Pen découvrira le Palais-Bourbon, de même que son compagnon Louis Aliot. Il y a encore deux mois, le parti misait sur une quarantaine d'élus. Le leader de la France insoumise a réussi son double pari: celui de se faire élire, dans le centre-ville de Marseille, et d'avoir un groupe parlementaire au palais Bourbon. Certaines figures, comme Florian Philippot et Nicolas Bay, ont été éliminées. Les six ministres qui se présentaient devraient été élus. Et, probablement, à effectuer une clarification de ligne qui pourrait déboucher sur des départs fracassants.

Parmi les gagnants LR figurent notamment ceux qui n'avaient pas de candidats En Marche face à eux, les "constructifs" Thierry Solère, Franck Riester ou Pierre-Yves Bournazel, et d'autres qui affrontaient un représentant du parti présidentiel: Christian Jacob, Eric Ciotti, Michèle Tabarot, Guillaume Peltier, Julien Aubert ou encore Isabelle Valentin, dont le suppléant est Laurent Wauquiez. Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, a été réélu dans le Finistère, malgré sa possible implication dans une affaire immobilière révélée par le Canard enchaîné. "On résiste quand même bien", a résumé Rachida Dati sur le plateau de BFM TV. On compte également cinq élus régionalistes, un écologiste, un Debout la France (Nicolas Dupont-Aignan qui conserve son siège) et un autre d'extrême droite.

52,40%, Jean François (LR) 47,60%. "Ce serait une erreur historique". Les groupes d'opposition peuvent se partager 15 questions sur deux séances consécutives de questions au gouvernement, soit autant que les groupes de la majorité présidentielle. Sa composition devrait être corrigée à la marge pour s'ouvrir, un peu plus, à des hommes et des femmes de gauche et de droite.

Du côté du Parti socialiste, les consolations sont très, très maigres. Des poids lourds, comme Marisol Touraine ou Jean-Jacques Urvoas, ont été éliminés. Son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, qui a annoncé dimanche soir son retrait de la direction du parti, a concédé une "déroute incontestable". "Je prends cette décision sans amertume ni colère, conscient de mon devoir et du moment crucial que traverse la gauche", a-t-il déclaré.

Devant ce raz-de-marée annoncé, les électeurs semblaient bouder les urnes. Mais c'est aussi une victoire pour ces deux partis qui réalisent une percée au sein de l'Assemblée nationale.



Voir aussi

Dernier




Recommandé