Financer

La Mauritanie rompt ses relations diplomatiques avec le Qatar à son tour

La Mauritanie rompt ses relations diplomatiques avec le Qatar à son tour”

Il faut remarquer que la liste pourrait se rallonger si l'on s'en réfère aux alliés de l'Arabie saoudite sur le continent africain. Les citoyens qataris ont par exemple quatorze jours pour quitter l'Arabie saoudite, les Emirats et Bahreïn, et les ressortissants de ces trois pays se voient interdire de se rendre au Qatar. La même source estime que cela démontre que le Qatar "affirme d'un côté lutter contre le terrorisme alors que d'un autre il soutient, finance et héberge des organisations terroristes".

"D'un commun accord, les quatre pays ont répertorié sur cette liste 59 personnes et 12 entités", précise le communiqué commun, affirmant qu'ils "ne ménageront pas leurs efforts" pour les pourchasser. Cette décision intervient deux semaines après une visite du président américain Donald Trump à Riyad où il a exhorté Arabes et musulmans à se dresser contre les groupes extrémistes et fustigé l'Iran dont le rapprochement avec le Qatar exaspère ses voisins.

"L'ampleur de la crise actuelle est substantielle", a souligné dans un entretien à l'AFP le ministre d'Etat aux Affaires étrangères émirati Anwar Gargash, ignorant les appels à l'apaisement.

Hier, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de soutenir le terrorisme. La rupture a entraîné une suspension de vols aériens, la fermeture des frontières terrestres et maritimes avec le Qatar, ainsi que des interdictions de survol aux compagnies qataries et des restrictions aux déplacements des personnes.

Donald Trump, qui avait appuyé l'Arabie saoudite dans cette guerre d'influence, avait oublié que les Etats-Unis disposaient d'une base militaire au Qatar.

Bahreïn et les Émirats arabes unis ont aussi rompu leurs liens avec le Qatar, que la coalition militaire arabe au Yémen a par ailleurs exclu, également pour son "soutien au terrorisme", citant explicitement dans un communiqué Al-Qaïda et l'Ei, bien implantés au Yémen.



Voir aussi

Dernier




Recommandé