Monde

Législatives : Marine Le Pen entre déception et soulagement

Législatives : Marine Le Pen entre déception et soulagement”

Marine Le Pen a été élue députée de sa circonscription du Pas-de-Calais, dimanche, à la faveur du second tour des législatives, annonce Steeve Briois, maire Front national de la ville d'Hénin-Beaumont, sur Twitter. Elle a à cette occasion revendiqué d'incarner "la seule force de résistance à la dissolution de la France". Anne Roquet (La République en marche) décroche la seconde place (16,4% des voix).

Le FN a rendez-vous mardi pour un bureau politique qui pourrait lancer la saison de "refondation" du FN promise par Marine Le Pen au soir du second tour de la présidentielle, et qui devrait culminer lors d'un congrès prévu dans les premiers mois de 2018. En effet, en obtenant 4 à 6 sièges seulement, les députés frontistes ne pourront former de groupe à l'Assemblée et risquent de se retrouver inaudible.

Mais, si elle rêvait de voir le Front national devenir "le premier parti d'opposition", les législatives n'ont pas permis de transformer l'essai.

"Nous combattrons la politique migratoire qui vise à accélérer les arrivées de migrants en accord avec l'Allemagne d'Angela Merkel", a encore dit Marine Le Pen, pour qui la légitimité de l'exécutif est fragile.

"Ce soir, en duel, d'ores et déjà sont élus six députés du FN, dont cinq dans le bassin minier", a déclaré Mme Le Pen, elle-même élue dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais.

Cette grande blonde gouailleuse à la voix tonitruante mène depuis plusieurs années une stratégie de "dédiabolisation" de cette formation créée en 1972, pour lisser une image sulfureuse. Preuve s'il en est que, malgré le scrutin majoritaire, le Front national s'implante territorialement.

Rarement, ils se seront affichés ensemble.

"Nous ne devons pas crier victoire car le FN a pris un sérieux coup dans la tête", a-t-il prévenu au micro de BFMTV. Ils seront huit en tout, en comptant la présidente du FN. Un résultat très éloigné de celui que le parti d'extrême droite pouvait espérer après la qualification, au second tour de la présidentielle, de sa candidate, Marine Le Pen. Un "cri de xénophobie" selon ses adversaires, "un cri d'amour" pour la France, rétorque-t-elle.

Enfin, Marine Le Pen va devoir affronter la justice dans l'affaire du financement du Front national, tout comme dans celle de la sous-estimation de son patrimoine immobilier, et celle des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen.



Voir aussi

Dernier




Recommandé