Nationale

Grégory: Jacqueline Jacob mise en examen pour séquestration suivie de mort

Grégory: Jacqueline Jacob mise en examen pour séquestration suivie de mort”

L'avocat de Marcel Jacob, mis en examen avec son épouse Jacqueline pour enlèvement et séquestration du petit Grégory, suivi de sa mort il y a 32 ans, a jugé vendredi "criminel de jeter en pâture le nom d'un couple".

Selon une source proche du dossier, Jacqueline Jacob est restée mutique en garde à vue et son mari s'est contenté d'affirmer qu'il ne se rappelait de rien face aux gendarmes, qui tentent de percer le mystère en démêlant les haines qui déchiraient la famille. L'enquête a été relancée par des nouveaux éléments liés aux lettres et appels d'un corbeau, qui harcelait le couple Villemin depuis 1981, soit trois ans avant la mort du petit Grégory.

Les enquêteurs sont convaincus que le couple a participé activement à l'enlèvement de Grégory qui s'est soldé par sa mort.

Ce couple de 72 ans, l'oncle et la tante de Jean-Marie Villemin, père de l'enfant tué en 1984, a été écroué "par souci d'empêcher une concertation frauduleuse et toute forme de pression", a souligné le magistrat. Des expertises graphologiques sont au coeur de l'enquête, à défaut d'analyses ADN probantes, le dossier étant riche en lettres de menaces et autres courriers anonymes. Ce courrier intéresse particulièrement les enquêteurs: si les expertises n'ont pas permis d'en identifier l'auteur, la justice constate "une similitude importante des termes" utilisés dans ce document et dans la lettre de 1983. Mais il n'avait encore jamais été inquiété par la justice.

Une belle-sœur du père de Grégory, Ginette Villemin, avait aussi été placée en garde à vue mercredi avant d'être remise en liberté le lendemain. Des charges plus lourdes que pour son époux. Les grands-parents paternels de l'enfant, qui recevaient eux aussi des lettres anonymes, ont eux été entendus comme témoins à leur domicile dans les Vosges.

Marcel Jacob a déjà été soupçonné, durant la procédure, d'avoir endossé le rôle du "corbeau", d'autant que l'incertitude planait sur son emploi du temps au moment du meurtre.

Marcel Jacob et Michel Villemin, l'oncle aujourd'hui décédé de Grégory, étaient très liés à Bernard Laroche, premier suspect de l'affaire, tué en 1985 par Jean-Marie Villemin qui le pensait coupable.



Voir aussi

Dernier




Recommandé