Médecine

Bernard Cazeneuve va porter plainte contre Jean-Luc Mélenchon

Bernard Cazeneuve va porter plainte contre Jean-Luc Mélenchon”

Des propos qui ont fait sortir de ses gonds le candidat de la France Insoumise, qui avait attaqué son vis-à-vis en rappelant sa "responsabilité" dans "l'assassinat" de Rémi Fraisse, Bernard Cazeneuve étant ministre de l'Intérieur en 2014 lorsque ce jeune militant écologiste avait été tué près du chantier du barrage de Sivens lors d'un affrontement avec les forces de l'ordre.

Le 12 mai, Bernard Cazeneuve avait été accusé par Jean-Luc Mélenchon d'être responsable de la mort de Rémi Fraisse. Mais il invite l'ancien ministre de l'Intérieur à le poursuivre: " Si M. Cazeneuve estime qu'il est juste de me faire un procès en diffamation, je l'invite à le faire.

"Il y a quelque chose de quasi poutinien dans cette manière de s'entourer des représentants de tous les oligarques du pays", a déclaré le leader de La France insoumise lors d'une conférence de presse, en allusion au président russe Vladimir Poutine. "Je suis d'accord pour requalifier d'homicide et je prie pour qu'on comprenne que dans un meeting de quarante-cinq minutes, il peut arriver qu'un mot ne soit pas calibré exactement", a-t-il lâché. "J'ai décidé de porter plainte contre Jean-Luc Melenchon (.) je n'ai aucune raison d'accepter que le débat public s'abaisse " avait-il dit. "Si bien entendu, il dit dans les jours qui viennent " je regrette ce que j'ai dit, je me suis laissé emporter, je présente mes excuses ", je retirerai ma plainte", avait-il annoncé sur France Inter. "Celui qui me fait la leçon de République doit commencer par balayer devant sa porte", a encore ajouté M. Mélenchon. Nous demanderons que témoignent ceux qui se trouvaient sur place et enfin, il y aura un procès sur les conditions dans lesquelles Rémi Fraisse est mort.

Pendant l'entre-deux tours de la présidentielle, l'ex-Premier ministre avait dénoncé "une faute politique et morale" du leader d'extrême-gauche, pour "ne pas avoir appelé clairement à voter" pour Emmanuel Macron face à la candidate du Front national.

" Moi je n'ai pas de raisons d'entretenir des polémiques ", a ajouté Bernard Cazeneuve, assurant préférer " la sagesse à l'invective ". "Si vous avez une déclaration de Jean-Luc Mélenchon qui dit 'pour éviter l'extrême droite, votez Emmanuel Macron', vous me la présentez".

Ce sont notamment le Premier ministre Édouard Philippe, ancien directeur des affaires publiques chez Areva et la nouvelle conseillère agriculture du chef de l'État, Audrey Bourolleau, ancienne du lobby du vin, qui ont suscité son indignation.



Voir aussi

Dernier




Recommandé