Monde

Trois questions sur les positions de Donald Trump — Conflit israélo-palestinien

Trois questions sur les positions de Donald Trump — Conflit israélo-palestinien”

La Maison Blanche a déclaré avant la réunion entre Trump et Netanyahu que le gouvernement américain n'allait pas insister sur la réalisation de la solution à deux Etats. Appelant les deux parties au compromis, il a en particulier exhorté les Palestiniens à se débarrasser de leur "haine" supposée à l'égard des Israéliens.

Alors que la Maison Blanche avait semblé se distancier de la solution à deux Etats jusqu'à présent prônée par les Etats-Unis, inquiétant le camp palestinien, Donald Trump s'est contenté de dire qu'il soutiendrait "la solution préférée par les deux parties".

Le message délivré à l'attention d'Israël et des jusqu'au-boutistes de droite est: M. Trump n'a pas décerné de blanc-seing au grand allié israélien des États-Unis et entend réserver ses options pour présider à un accord, disent les experts.

"Il n'a proposé aucun détail sur une initiative de paix quelconque, et le flou de ses propos suggère qu'il n'a aucune idée de comment progresser".

LeWashington Post a décrit le changement de politique de Trump comme "un retrait dangereux " qui diminue encore les chances de paix, et "augmente les chances que l'un des rares coins relativement pacifiques de la région ne revienne au conflit". "Il n'y a pas de meilleur soutien du peuple juif et de l'Etat juif que le président Donald Trump", a-t-il martelé.

Les deux journaux ont reconnu que Trump avait tenté de freiner l'extension des implantations israéliennes, alors que la construction de 6 000 nouveaux logements en Cisjordanie et à Jérusalem Est a récemment été annoncée.

La solution à deux Etats, introduite dans une résolution de l'ONU en 1974, prévoit l'existence d'un Etat palestinien qui coexisterait pacifiquement avec Israël.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une déclaration conjointe avec le président français après leur réunion au Palais présidentiel de l'Elysée à Paris, le 7 février 2017. Benyamin Netanyahou a bien trouvé en Donald Trump un partenaire à la fois ignorant de la réalité et décidé à marquer sa totale adhésion au projet colonial israélien.

Le président américain a profité de cette rencontre pour réaffirmer que son pays encourageait un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens. À l'aéroport de Tel-Aviv, peu avant son départ lundi, Netanyahou a affirmé que " l'alliance avec les. Il a cependant évité de mentionner explicitement un état palestinien.

Selon le président américain, Israël est confronté à des défis "énormes en matière de sécurité, y compris la menace des ambitions nucléaires de l'Iran", qu'il a visé lors de la conférence de presse.



Voir aussi

Dernier




Recommandé