Financer

Le processus du retour de la Gambie dans le Commonwealth est enclenché

Le processus du retour de la Gambie dans le Commonwealth est enclenché”

"Le gouvernement gambien a informé le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en sa qualité de dépositaire du statut de Rome, de sa décision d'interrompre le processus de retrait de cette organisation commencé en novembre 2016 ", indiquait le communiqué du nouveau gouvernement gambien, lu mardi 14 février à la télévision publique. L'ex-régime gambien accusait la Cour de persécuter les Africains, en particulier leurs dirigeants, et de fermer les yeux sur "au moins 30 pays occidentaux" qui auraient commis des crimes de guerre depuis la création de cette juridiction sans être inquiétés.

Un retournement de situation qui n'est pas une surprise, dans la mesure où le nouveau président Adama Barrow avait promis durant sa campagne pour la présidentielle d'intégrer à nouveau la CPI.

L'UE avait gelé 33 millions d'euros d'aide à la Gambie, l'un des pays les plus pauvres du monde, après que le gouvernement de Yahya Jammeh ait adopté, fin 2014, une loi jugée très sévère contre l'homosexualité. " Nous nous félicitons des efforts déployés par le gouvernement nouvellement élu démocratiquement pour sa réadmission dans le Commonwealth" a poursuivi le Britannique dans un communiqué publié mardi.


Désireux de respecter sa promesse de gouverner dans l'intérêt du peuple, dès le 28 janvier, Adama Barrow avait également annoncé que la Gambie allait perdre son étiquette "d'État islamique", pour redevenir une République laïque.

En 2013, l'ancien chef de l'Etat, Yahya Jammeh avait décidé de retirer la nation d'Afrique de l'Ouest du Commonwealth.

Alors qu'il n'a pas encore posé ses valises dans le palais présidentiel, le nouveau président ébauche ainsi déjà les premiers signes d'un changement politique.



Voir aussi

Dernier




Recommandé