Divertissement

Le Medef toujours opposé à la taxation des CDD — Assurance chômage

Le Medef toujours opposé à la taxation des CDD — Assurance chômage”

L'objectif est d'aboutir à un accord à la fin du mois de mars.

De son côté, Alexandre Saubot " est plutôt partisan de ne pas faire traîner les choses ", estimant que l'environnement est " complètement différent qu'au printemps dernier ", lors de la précédente négociation.

PARIS, 13 février (Reuters) - Le Medef, dont le veto sur la taxation des contrats de travail de courte durée a bloqué les négociations sur l'assurance chômage depuis huit mois, s'est prononcé lundi en faveur d'une reprise des discussions avec les syndicats. Pour les syndicats, c'est le noeud du problème et la principal source de déficit du régime.

"C'est une négociation globale qu'il faut faire, on ne va pas se concentrer que sur les contrats courts et la taxation des contrats courts, sinon ce n'est pas la peine d'y aller", a ajouté Pierre Gattaz, affirmant qu'"il y a plein d'autres idées".


Son négociateur est plus pondéré. Au final, le président de l'organisation patronale, Pierre Gattaz, a réussi à convaincre ses troupes de reprendre le chemin des négociations, comme le souhaitait Alexandre Saubot, le patron de la métallurgie (UIMM) et vice-président en charge du social. Certes, il confirme que "le mot +taxation+ ne doit pas avoir sa place dans la négociation", mais "le sujet +contrats courts+, si on ne voulait pas l'évoquer, on n'aurait pas rouvert la négociation sachant que nos partenaires veulent en parler". "Ça part très mal", a réagi Denis Gravouil. "C'est pénible de négocier avec quelqu'un comme lui, un peu girouette", déplore Eric Courpotin (CFTC).

Les syndicats demandent unanimement un renchérissement des contrats les plus précaires, que ce soit par des cotisations dégressives selon la durée de l'emploi, proposées selon différentes modalités par la CFDT, la CFTC et la CGT, ou par un bonus-malus pénalisant les entreprises qui abusent des contrats courts (FO, CFE-CGC).

Depuis 2013, certains contrats courts sont déjà légèrement surtaxés, mais cela n'a pas enrayé leur progression. Une étude de l'Unédic a notamment révélé que les CDD de moins d'un mois avaient explosé en 15 ans, passant d'un peu plus de 1,5 million par trimestre à plus de 4 millions. Le communiqué du Medef, envoyé dans la foulée du conseil exécutif, plaide "pour une réforme ambitieuse, pérenne et qui permettra de résoudre le déficit structurel de l'assurance-chômage ".



Voir aussi

Dernier




Recommandé