Monde

Israel : Trump prend ses distances face à la solution à deux Etats

Israel : Trump prend ses distances face à la solution à deux Etats”

Donald Trump a reçu ce mercredi le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à la Maison-Blanche. Nous allons trouver une solution, mais je voudrais assister à la conclusion d'un accord, " a déclaré M. Trump lors d'une conférence de presse commune avec M. Netanyahou, à la Maison Blanche.

Donald Trump s'est engagé mercredi à soutenir l'objectif d'un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens sans se dire explicitement en faveur d'une solution à deux Etats.

Le supérieur a déclaré que " l'objectif principal était la paix avant la solution à deux Etats ". "Cela comprend un accord de paix entre Israël et les Palestiniens", a assuré M. Trump, qui tout au long de sa campagne avait affiché des positions très pro-israéliennes tout en affirmant que, s'il était élu, il présiderait à un règlement de paix.

"Je regarde (la solution à) deux Etats et (la solution à) un Etat et si Israël et les Palestiniens sont contents, je suis content avec la solution qu'ils préfèrent. Un Etat ou deux Etats, peu importe, c'est ce que les parties décideront qui importera", a dit le président américain.

Cette déclaration fait suite à l'approbation récente par le Premier ministre israélien de la construction de 6 000 logements supplémentaires en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Dans un souci de résolution du conflit israélo-palestinien, tous les présidents américains, qui se sont succédé en 50 ans, ont défendu solution à deux États. Y renoncer "n'a aucun sens", a réagi Hanane Achraoui, une des dirigeantes de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dénonçant "une politique pas responsable".

"Une entente entre les éléments les plus extrémistes et irresponsables en Israël et à la Maison blanche n'est pas de nature à produire une politique étrangère responsable", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

La visite a été hautement préparée, notamment par Ron Dermer, ambassadeur d'Israël aux États-Unis.

"L'un des pires accords que j'ai jamais vus est l'accord sur le nucléaire iranien".

Il a confirmé que son administration étudiait toujours la possibilité de déménager l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv vers Jérusalem, malgré les mises en garde des Palestiniens.



Voir aussi

Dernier




Recommandé